TekiLatex

TeKi LaTeX

 

Nous ressortions tout juste d’une interview backstage imprévu avec Bobmo , quand Chris,  Théo et moi croisons un monument de la scène underground  française ,  qui a bercé nos adolescences de contines telles  que «  Dans le club  » «  Girlfriend » ou encore «  J’aime bien travailler  » et qui à enrichie nos vocabulaires d’expressions bien dégeux , nous avons rencontré … TeKi LaTeX ! 

Co-fondateur du label SoundPelegrino avec Orgasmic ( ex Dj beatmaker de TTC )  où il travaille avec des artistes prometteurs tels que Mathias Zimmerman ou Modeselecktor , Teki nous reçoit une quainzaine de minutes après son set , et partage avec nous  son parcourt et ses projets  diverses entre SoundPelegrino ( son label ) , Sound Pellegrino Thermal Team ( son duo de dj avec orgasmic ) , sa web chanel  Overdrive Infinity et ses  collaborations

[En savoir plus sur Sound Pellegrino : Cliquez ici !]

 

 

Teki Latex ça a tout d’abord était ce poète à la plume affûté qui a sorti les plus grosses punchline du rap inconcient ( souvent très misogyne certes , mais justement il revient sur ce sujet avec nous dans l’interview ) .
Teki Latex c’était TTC avec Cuizi, Tido et Orgasmic, qui balancer n’importe quel jurons en se battant bien les glaouïs de l’opignion publique , bien avant tous les Orelsan ou « Casseurs flowteurs «  qui font du rap d’adolescents prépubaires et friqués  …

Voici ci dessous une des petites merveilles de l’oeuvre de TTC qui répond bien à l’actuelle crise que subit le rap ‘inconscient » ou rap du non sens, qui se fait envahir de faux MC sur-commercialisés et médiatisés .. ! Enjoy

 

Mais aujourd’hui c’est derrière les platines que s’exprime notre ami Teki et le resultat et juste super ! Ses samples qui lui sont très perso sont mélodieux , éléctriques et planants , issue de la disco , de la glitch ou de la house, le tout sur des rafales de claps venant casser le beat et le transformer .

 

Rencontre avec un personnage qui a divertie , et fait danser les clubs mais qui a aussi parfois susciter la critique … Rencontre avec ce «  bâtard  sensible » , qui nous a super bien reçu et que nous avons trouvé très sympa ! Merci à lui pour sa sympathie et à l’equipe de l’ouvre boite pour leur accueil ! ‘

 

Ci dessous l’interview :

See original image

 

 

INTERVIEW TEKI LATEX

 

 

LEZART RECORDS : Salut Téki

 

TEKI LATEX : Salut à vous !

 

LZR : Donc Téki…

 

TKLT : …Salut, Téki – êtes vous ?

 

LZR : Ahah, nous nous sommes Lezart Records

 

TKLT : Salutations Lezart Records !

 

LZR : D’abord, moi j’ai clairement adoré les samples qui font toujours autant phaser, dans une ambiance planante et tout, j’adore cet univers !

 

TKLT : J’aime bien alterner entre les trucs un petit peu mélodieux et un peu planants. En ce moment j’aime bien m’amuser avec le concept de trans déstructurée et coller des morceaux avec des percussions un peu plus fortes et soutenues par-dessus, j’aime bien jouer aux legos comme ça, entre le coté hyper percussif d’un coté et le coté hyper mélodieux de l’autre. J’aime bien assembler ces deux extrêmes, j’ai toujours été attiré par les extrêmes et j’aime bien les amener ensemble.

 

LZR : Jouer aux legos je pense que c’est une belle expression, t’as fais pas mal de projets, t’as toujours joué dans la musique, ça fait un moment que t’es là ! Donc qu’est ce qui t’a poussé à faire de la musique, quels étaient tes premiers abords avec elle ?

 

TKLT : Ce qui m’a poussé à faire de la musique c’est tout

simplement l’envie de m’exprimer, l’envie de canaliser ce que j’avais dans la tête et aussi l’envie de plaire aux gens, il ne faut pas se leurrer ! Quand j’étais gamin, j’avais envie de faire le malin pour amuser la galerie, j’étais du genre à faire des spectacles, à casser les couilles à mes parents pour leurs dire : MAMAN REGARDE J’FAIS UN SPECTACLE, MAMAN REGARDE J’SUIS DEGUISE !!!! J’étais attiré par le monde de l’Entertainment, du divertissement; après on se lance là dedans comme ça, et puis on grandit aussi, tu vois ! A un moment on a moins envie d’être sur le devant de la scène, du coup on tombe amoureux de la musique et au fur et à mesure de ma carrière j’ai plus envie de me mettre derrière le rideau en fait, et de pas forcément me mettre en avant mais plutôt de mettre en avant d’autres gens et de pousser d’autre gens comme ça, c’est ce qui me pousse à faire un label avec Sound Pellegrino, c’est ce qui me pousse à être DJ et à jouer la musique d’autre gens. Je me mets en avant aussi mais je porte toute mon équipe sur mes épaules pour que ce soit un effort collectif. J’suis plus le gamin qui fait le malin sur scène et j’suis plus un gars qui a envie d’amener son équipe…

 

LZR : Tu as pris tes responsabilités !

 

TKLT : Voila, j’ai plus envie de mettre en avant des gens qui vont peut être améliorer le paysage musical lors d’un effort collectif.

 

LZR : C’est super, en plus c’est le but aussi et de Lezart Records !

 

TKLT : Ce qui ne veut pas dire que je ne me mets pas un petit peu en avant de temps en temps. J’suis rentré dans la musique mais aujourd’hui je m’intéresse beaucoup à la vidéo, je m’occupe d’une émission de télé sur Dailymotion tous les Vendredi qui s’appelle overdrive infinity (www.dailymotion/overdriveinfinity .com). On vient de féter nos 1 an hier à l’institut du monde arabe! C’est vraiment cool, on a reçu plein plein de DJs du monde entier avec quelques lives aussi, ça va de Jennifer Cardini à Para One en passant par One man et L-Vis 1990, des trucs très très pointus Anglais, et des trucs un peu plus techno, on a eu The Hackers par exemple qui a fait un set italo/disco rien que pour nous pour la dernière st Valentin, donc voila on se permet des trucs comme ça. C’est super intéressant et puis tout l’aspect visuel est assez approfondi sur overdrive infinity. Donc voila J’fais aussi le label SoundPellegrino, on en est à notre 4ème compilation qui sort en Janvier, on est sur le point de sortir le EP de Coyote, y’a eu une quarantaine de EPs depuis les 5 ans d’existence de SoundPellegrino. Donc voila je touche un peu à tout en ce moment dans le domaine de la musique, la musique plutôt underground.

 

LZR : Y’a une spécialisation un peu.

 

TKLT : Ouais on est assez spécialisés dans ce qu’on fait et on a envie d’explorer des territoires inconnus dans le domaine de la techno et de la house, et des musiques un peu hybrides et de la Bass Music.

 

LZR : Ok, j’avais pu voir ce super Set que tu nous avais fais au Zénith l’année dernière avec Sound Pellegrino.

 

TKLT : C’était au Zénith de ?

 

LZR : Amiens !

 

TKLT : Amiens… Ah oui c’était pas avec Woodkid ou un truc comme ça ?

 

LZR : C’était avec Woodkid ouais. Moi je l’avais vu en festival où il avait fait bien plus d’ovations au festoche, moins au Zénith.. encore ce problème de salle de concert.

 

TKLT : Ah ouais tu crois ?

 

LZR : Ouais, parce que les salles de concert… Nous on est basé club vachement !

 

TKLT : Après Woodkid c’est pas un artiste de club.

 

LZR : C’est pas un artiste de club ouais, en festival par contre il a son truc à dire !

 

TKLT : Ok ouais. Bah j’sais pas là c’est pareil, on s’est retrouvés.. Tu joues après un concert, les gens se barrent, c’est une règle !

 

LZR : Tu nous avais fait quand même un super set.

 

TKLT : On a fait un super set. Parce qu’on fais toujours un super set émoticône grin

 

LZR : Ahaha ! C’était la première partie de Woodkid ?

 

TKLT : Nan l’après Woodkid en fait.

 

LZR : C’était une tournée ?

 

TKLT : Nan nan nan, c’était juste une date. Après que Woodkid ait fait son concert tout le monde se barre ! Du coup après nous on joue, c’est pas l’after party où les gens restent pour faire la teuf jusqu’à… tu vois ?

 

LZR : Ouais !

 

TKLT : Y’avait quand même une poignée de gens qui sont restés, c’était sympa.

 

LZR : Je me rappel avoir passé un très bon moment quand même !

 

TKLT : Mais… C’est une règle, et ça on le sait depuis TTC parce qu’à chaque fois on voulait faire la fête après TTC et on voulait que les gens restent !

 

LZR : Je ne veux pas ressasser le passé, mais c’est quel rapport maintenant que t’as avec TTC ?

 

TKLT : Hé bah on s’entend bien mais c’est pas pour ça qu’on va faire des disques. Je pense que 3 albums c’est bien pour un groupe de rap tu vois ?

 

LZR : Bâtards sensibles qu’était vraiment « L’ALBUM » à l’époque !

 

TKLT : Ouais voila ! Y’a plein de groupes de rap qui font pas 3 albums. Et nous on a fait 3 albums et la maintenant plutôt que d’en faire un 4ème à chier on décide de faire d’autres trucs. Je préfère que TTC reste un bon souvenir pour tout le monde plutôt que ça devienne un truc qui devient de la merde. Je pense que tu ne reparlerais pas de TTC si on avait fait un 4ème album pas bien ahah.

 

LZR : Qui sait !

 

TKLT : Nan mais je sais pas, si sa se trouve on aurais fait un 4ème album bien mais on a d’autres envies, je pense qu’aujourd’hui si on refait un truc ça sera pas au niveau de ce qu’on a fait à l’époque. Moi j’ai plus d’inspiration au niveau vocal, j’ai un peu déjà tout donné, que ce soit dans mes morceaux solos ou dans les morceaux avec TTC. J’ai l’impression d’avoir déjà tout exploré et j’ai plus trop de… j’sais pas j’me sens plus rappeur, je penses que le rap c’est un truc de jeunes.

 

LZR : T’as commencé dans le rap pourtant !

 

TKLT : Ouais j’ai commencé dans le rap mais je pense que c’est un truc de jeunes, tu vois ! Quand j’étais jeune j’avais envie de tout niquer, de bouffer le monde, j’avais de l’inspiration, des idées et des trucs à dire. Maintenant les trucs que j’ai à dire ils sont dans d’autres domaines, ils se disent autrement ! J’ai la gnaque dans d’autres trucs maintenant. Je pense qu’il faut laisser le rap aux gens qui ont envie de bouffer le monde. Maintenant j’ai envie d’être pépère, tranquille, faire mes petits set et surtout faire découvrir de la musique aux gens, de me faire kiffer en passant la musique que j’aime ! Trouver des moyens intéressants de jouer de la musique aux gens, j’ai plus forcément envie d’être derrière un micro, de m’époumonner et de sauter partout comme un gogol. Voilà, je vais avoir 36 ans bientôt et je penses que ça c’est un truc de kids, mais c’est bien tu vois, je ne veux pas être le rappeur mature moi j’en ai rien à foutre ! Je vois les rappeurs de 40 ans et ils me font un peu pitié, je n’ai pas envie d’être comme eux !

 

LZR : BIG UP à Kerry James et Faudel, alors ?

 

TKLT : Faudel c’est pas un rappeur ! Kerry James il fait beaucoup de trucs bien d’ailleurs.

 

LZR : C’est vrai ! Grand rappeur … !

 

TKLT : Si y’a un exemple de gars qui a su s’arrêter à temps c’est bien Kerry James.

 

LZR : Ouais c’est vrai, qui a fait des projets après assez différents..

 

TKLT : Après les gens font ce qu’ils veulent j’men fous moi ce que je veux c’est faire le DJ maintenant et c’est ce que je fais donc bon.

 

LZR : T’as commencé à mixer y’a combien de temps d’ailleurs ?

 

TKLT : J’sais pas.. à peu près un an avant le début de SoundPellegrino donc ça fait 6 – 7 ans. Je m’y suis mis un peu comme ça par hasard parce que c’était un truc facile pour éviter de faire de la scène mais produire quand même à l’époque où je faisais mon album solo. Je n’avais pas envie de monter un groupe, pas envie de faire de la scène hors du contexte de TTC et le seul moyen que j’avais trouvé pour le faire de manière agréable c’était de faire le DJ en fait. Au départ je ne savais pas ce que je faisais, je me suis dit: plutôt de ne pas savoir ce que je fais, je vais vraiment m’y mettre sérieusement et je vais m’entrainer comme un fou, vraiment le prendre au sérieux et la je suis tombé amoureux du Djing ! J’étais déjà dans un environnement où je trainais avec des potes à moi qui étaient DJs, que ce soit les gens comme Bobmo ou encore comme Fitz, des gens comme ça qui me fascinaient. Dans le milieu du rap j’ai toujours été entouré par des DJs et comme dans le milieu dans la techno, tu vois les gens avec qui on traînait c’était des gens qui passaient des disques en soirée et du coup j’essaye de le faire comme il faut et j’espère que ça marche, que je commence à avoir un bon niveau.

 

LZR : C’est déja pas mal quand même, ça donne ! Quand tu parles de production, t’a toujours visé la production ? Développer tes artistes?

 

TKLT : Faut définir la production ! Moi je suis un patron de label, donc je découvre des gens, j’interagis avec des artistes qui sont déja confirmés et je leur fait sortir des disques sur SoundPellegrino. Ca c’est un travail de producteur dans le sens producteur exécutif.

 

LZR : De patron ?

 

TKLT : Voila ! Un travail de label, après la production musicale j’en fais pas vraiment. Je laisse ça aux gens qui le font bien dans mon entourage, notamment Orgasmic, l’autre patron de SoundPellegrino qui était DJ de TTC à l’époque.

 

LZR : Vous êtes en coproduction sur SoundPellegrino ?

 

TKLT : On est tous les deux les patrons du label.

 

LZR : Et c’était le DJ TTC !

 

TKLT : C’était le DJ de TTC et l’un des producteurs de TTC et aujourd’hui il produit encore.

 

LZR : Je me rappelle des samples d’Orgasmic totalement déjanté, du 8bit accéléré, retravaillé, distorsionné qu’était vraiment totalement fou ! Les premiers sons sur lesquels j’ai vraiment bien déconné y’avait du TTC dedans c’est sur. Cette dernière question que je voulais te poser, c’est bien sur on, t’a connu avec TTC, maintenant sur SoundPellegrino du coup on voulait savoir, t’a toujours cette âme de TTC, vous êtes toujours les bâtards sensibles que vous nous avez dit ?

 

TKLT : Heu… quand je regarde avec un petit peu de recul, j’me dis qu’on était quand même un peu des sales cons. Mais je pense que c’était nécessaire à l’époque de vivre cette phase là mais je pense qu’on aurait gagné à être un peu moins débiles. Je pense qu’à chaque période son état d’esprit, je pense que c’est nécessaire dans la vie d’un homme d’avoir une période où il fait n’importe quoi et où il traite les filles n’importe comment mais aujourd’hui je m’exprimerais d’une autre manière si je devais écrire des morceaux. C’est pourquoi je ne le fais pas !! Tu vois par exemple, c’est peut être un truc de vieux con mais quand aujourd’hui une fille vient me chanter les paroles de Girlfriend j’lui dis: mais va te laver la bouche avec du savon ! C’est dégueulasse ! Pourquoi tu dis ça ? Et la fille me répond : « mais c’est toi qui l’a dis » et j’fais genre « et bah ouais j’étais un peu un sale con ! ». Mais je ne renie pas pour autant mais effectivement j’étais un peu con.

 

LZR : Et puis on évolue !

 

TKLT : On évolue ouais.

 

LZR : Je voulais juste placer un dernier Big Up, c’est pour te dire que sur mes peines d’amour j’écoute toujours les matins de Paris ! Parce que j’ai encore des frissons quand sonne le téléphone.

 

TKLT : Bah c’est une belle chanson de pop dont je suis toujours assez fier. Après, j’ai toujours un peu de mal à réécouter mes vieux trucs aussi donc je ne pourrais pas te dire que je la réécoute avec plaisir mais c’est un bon souvenir en tous cas et c’est une super rencontre avec Lio.

 

LZR : Et ça a permis de découvrir un peu plus l’univers de Téki Latex qu’on connaissait avec TTC et qu’on a connu dans un projet solo sous le nom de Téki Latex et qu’on connait maintenant avec SoundPellegrino.

 

TKLT : Ouais ! Mais c’est encore autre chose SoundPellegrino.

 

LZR : Bah voila, encore autre chose mais tout les ans on en apprend aussi sur Téki Latex.

 

TKLT : Ouais, j’me dévoile avec le temps, comme du bon vin !! C’est vrai que j’ai eu pas mal de carrières un peu contradictoires mais quand tu regardes le truc avec assez de recul tu te rends compte que y’a quand même une certaine logique un peu bizarre là-dedans !

 

LZR : Merci beaucoup Téki c’est super sympa, bon retour ciao.

 

TKLT : Salut les gars !